21/09/2007

La reine Elisabeth de Belgique

344px-Elisabeth_of_Belgium

 

Fille du duc de Bavière, Charles-Théodore de Wittelsbach, nièce et filleule de l'impératrice Elisabeth d'Autriche (dite Sissi).

Rigide, peu souriante et autoritaire, elle affiche un caractère volontaire.

Elisabeth de Bavière devient l'épouse du prince Albert Ier en 1900 qui devient roi le 23 décembre 1909 et trouve la mort à Marche-les-Dames au cours d'une ascension des rochers, le 17 février 1934. Léopold III lui succède le 23 février 1934.


Le roi et la reine protègent (et honorent souvent de leur amitié) savants et artistes.

Elisabeth fait des études approfondies d'égyptologie et effectue plusieurs voyages dans ce pays qu'elle aime tout particulièrement.
En 1923, Jean Capart vient à peine de formuler le besoin de nouveaux crédits pour enrichir la Bibliothèque égyptologique des musées royaux, qu'il voit sans tarder son souhait exaucé par la reine.

Elle est l'une des premières à visiter la tombe de Toutankhamon.
Fascinée par l'ampleur d'une telle découverte, elle est plus que jamais convaincue de l'importance de cette science nouvelle et toute disposée à ce que son pays joue un rôle dans la recherche égyptologique.
Exerçant une grande influence sur la vie artistique de la Belgique, elle favorise notamment la création, à Bruxelles, de la Fondation égyptologique Reine Elisabeth, à l'initiative du professeur Jean Capart.
Cette fondation deviendra en quelques années le plus bel institut égyptologique du monde.

Passionnée par la visite des sites, la reine de Belgique se rend à Sakkara accompagnée du célèbre égyptologue belge, Jean Capart, début des années trente.
Pendant ce temps, son mari, grand alpiniste, entreprend l'ascension de la grande pyramide.
reine

 

 

reineelisabeth-jeune72dpi

 

SA MAJESTÉ LA REINE ELISABETH
Parmi les anniversaires commémorés en 1976, celui du 100° anniversaire de la naissance de Sa Majesté la Reine Elisabeth, née à Possenhofen le 25 juillet 1876, éveillera une pensée toute spéciale dans le cœur des Belges et en particulier dans celui des anciens combattants de 1914-1918.
Élisabeth était la fille du Duc Charles-Théodore en Bavière, savant ophtalmologiste. Dans une clinique qu'il a créée, elle a l'occasion d'aider très souvent son père qui, personnellement pratique les opérations de la cataracte. Avec la science médicale, elle apprend ainsi à connaître la grande pitié humaine.
Le Duc, musicien de talent, soigne également l'éducation musicale de sa fille et éveille en elle l'amour de la musique, en faisant ainsi une grande artiste.
Le 2 octobre 1900, la Princesse Élisabeth épouse à Munich le Prince Albert de Belgique; qui accéda au Trône le 23 décembre 1909.
Dans sa nouvelle patrie, la Reine Élisabeth s'occupe d'œuvres de bienfaisance et de lutte contre les maladies. Elle s'intéresse aussi à la vie musicale, artistique et intellectuelle du pays. Le peintre Laermans, le poète Émile Verhaeren, le célèbre violoniste Ysaye, deviennent des familiers de la Cour.
La guerre 1914-1918 vient interrompre et modifier profondément le champ de ses occupations. Sous son inspiration et avec l'appui efficace on fonde l'Hôpital de l'Océan à la Panne ainsi que des hôpitaux de campagne à proximité du front, afin de pouvoir opérer d'urgence les cas graves. La reine soigne aussi personnellement les malades des hôpitaux et, Royale Infirmière, elle assiste les chirurgiens dans les opérations.
La Reine Elisabeth est vraiment la mère des soldats, veillant les mourants et prodiguant des consolations aux invalides et aux déprimés.
La guerre terminée la reine s'intéresse activement au développement des arts et encourage la lutte contre les maladies et la misère par la création d'œuvres et de fondations qui portent son nom.
A la mort accidentelle du Roi Albert, elle s'isole du monde mais, dix-huit mois plus tard, à la suite de la fin tragique de la Reine Astrid, la Reine Élisabeth est appelé à se consacrer à l'éducation de ses trois petits-enfants dont l'aînée à huit ans et le plus jeune 14 mois.
Pendant la deuxième guerre mondiale, elle intervient à de nombreuses reprises en faveur des Belges arrêtés par l'occupant et des Israélites menacés de déportation.
Après la guerre, elle crée le concours international «Reine Elisabeth». Ce concours comprend de façon stable un cycle de grandes épreuves à raison d'une épreuve par année successivement réservées au violon, au piano et à la composition.
Tant que sa santé le lui permettra elle entreprendra aussi de grands voyages à l'étranger, notamment en Pologne, en U.R.S.S. et en Chine.
En cela apparaît ce trait particulier de son caractère, une grande curiosité intellectuelle, le désir d'approfondir, de juger par elle-même, de se faire une opinion personnelle en toute chose.
Malgré son état de santé défaillant, le 4 octobre 1964 elle passe encore en revue, en voiture, les combattants de 1914-1918 qui ovationnent follement leur reine des tranchées et des hôpitaux.
Le 23 novembre 1965 elle succombe à une crise cardiaque dont elle souffrait depuis un certain temps.

16:55 Écrit par Alain dans Famille Royale | Lien permanent | Commentaires (1) |  Facebook |

Commentaires

elisabeth 1er je trouve que tu devrait parler plus de ce quelle a fait à la guerre que sa passion pour l'histoire egyptienne

Écrit par : sarah | 30/09/2007

Les commentaires sont fermés.