23/09/2007

L'impératrice Charlotte du Mexique

charlotte de belgique

 

Fille du Roi Léopold 1er et de Louise-Marie de Belgique

Charlotte de Belgique, de son nom complet Marie, Charlotte, Amélie, Augustine, Victoire, Clémentine, Léopoldine, princesse de Belgique, duchesse de Saxe, princesse de Saxe-Cobourg-Gotha, archiduchesse d'Autriche, épouse du Gouverneur Général du Royaume Lombardo-Vénitien et Impératrice du Mexique, naquit à Laeken, le 7 juin 1840. Léopold Ier de Belgique aurait souhaité un troisième fils et ne dissimula pas sa déception. Mais, très vite, les considérations de la politique cédèrent devant les élans affectueux d'un père quinquagénaire.

À la mort de sa mère, Charlotte avait dix ans ; la petite fille turbulente et expansive devint une adolescente pensive, repliée sur elle-même. Son instruction religieuse fut confiée au père Victor-Auguste Deschamps, frère du ministre des Affaires étrangères et, plus tard, cardinal-évêque de Malines.

-

403px-Charlotte_de_Belgique

 -

Lorsque Charlotte entra dans sa seizième année, deux prétendants sollicitèrent sa main : le prince Georges de Saxe et le roi du Portugal Pierre V. Ce dernier était le candidat de la reine Victoria. Mais, au mois de mai, la princesse rencontra à Bruxelles l'archiduc Ferdinand-Maximilien d'Autriche, frère cadet de l'empereur François-Joseph. Elle fut charmée par la stature élancée et l'élégance du plus séduisant des Habsbourg. Le mariage fut célébré le 27 juillet 1857, au palais royal. Entre-temps, l'empereur avait nommé son frère gouverneur général du royaume lombardo-vénitien.

-

lestat1975-vip-blog-com-569979chateau03

-

 

Le 6 septembre 1857, les archiducs arrivèrent à Milan. Ils entendaient gouverner suivant des principes libéraux et ils réussirent tellement à se faire aimer qu'on envisagea la fondation d'un État lombardo-vénitien indépendant sous leur souveraineté. Mais la fermentation nationaliste était trop forte dans la péninsule et la soldatesque autrichienne du général Gyulay se rendait chaque jour plus haïssable. Voyant s'envenimer la situation, Maximilien demanda la concentration des pouvoirs civils et militaires. Le 10 avril 1859, l'empereur répondit à ce vœu, mais en dépouillant son frère des pouvoirs civils au profit du comte Gyulay ! C'était la disgrâce. Le parti militariste de Vienne n'avait jamais pardonné à l'archiduc ses tendances libérales.


Maximilien Ier du Mexique et Charlotte de BelgiqueMaximilien et Charlotte se retirèrent dans la villa de Miramar, construite à l'une des extrémités de la baie de Trieste. De secrets dissentiments semblaient déjà séparer les jeunes époux. L'inactivité les humiliait l'un et l'autre. Le 3 octobre 1863 survint à Miramar une délégation d'émigrés mexicains, qui offrit officiellement à l'archiduc la couronne de son pays.

En réalité, les négociations à ce sujet étaient en cours depuis plus de deux ans ; Napoléon III rêvait de créer un empire latin et catholique qui eût limité l'influence des Etats-Unis d'Amérique ; il se disait prêt à soutenir militairement Maximilien, si celui-ci acceptait de partir pour le pays des pronunciamientos. Mais l'archiduc hésitait. De Londres, la reine Victoria suppliait sa cousine Charlotte de ne pas s'engager dans ce guêpier. La souveraine britannique soupçonnait de sordides calculs, notamment ceux du banquier suisse Jecker qui avait convaincu Napoléon III de l'aider à recouvrer un prêt de deux mille pour cent : une créance de 15 millions de dollars pour un prêt de 650 000 !

-

530

-

 Le 10 avril 1864, dans le grand salon de Miramar, les délégués mexicains informèrent l'archiduc des résultats d'un référendum, sans insister sur les baïonnettes françaises qui avaient protégé les électeurs. Maximilien leur déclara alors qu'il "acceptait la couronne des mains de la nation mexicaine" et jura "d'assurer par tous les moyens le bien-être, la prospérité, l'indépendance et l'intégrité de cette nation".

L'aventure mexicaine commençait. "Ce sera, dit Charlotte, une occupation pour Maximilien". Les souverains firent leur entrée solennelle à Mexico, le 12 juin 1864, au cri "Viva el Emperador". Il ne leur fallut guère de temps pour mesurer l'insécurité et l'anarchie qui régnaient dans leur empire : l'intervention française, succédant à une longue guerre civile, avait tout désorganisé. Il apparut également très vite que c'était une minorité qui avait fait appel à l'étranger. Maximilien et Charlotte commencèrent cependant leur règne avec une généreuse confiance. L'empereur fit l'essai d'une conciliation des partis, tandis que l'impératrice se rendait populaire en pénétrant courageusement dans Veracruz où deux milles Français étaient morts de la fièvre jaune et du "vomito negro".

Mais le drame du royaume lombardo-vénitien se renouvela au Mexique : pendant que Maximilien et Charlotte tentaient d'apaiser les esprits, le maréchal français Bazaine et le colonel Dupin gâchaient toutes les chances par leur stupide brutalité. Dès lors, les rapports entre la France et le Mexique devinrent de plus en plus détestables ; les républicains du Zapotèque Benito Juarez en profitèrent pour multiplier les coups de main et enrôler de nombreux éléments venus des États-Unis. Abandonnant la partie avec autant de coupable inconscient qu'il l'avait amorcée, Napoléon III décida de rappeler l'armée Bazaine en France. Maximilien n'avait plus autour de lui que quelques Belges et Autrichiens !

-

charlotte

-

 

Le 9 juillet 1866, l'impératrice quitta Mexico à destination de l'Europe. Elle alla plaider la cause de son mari à Paris et à Rome. Hélas ! Napoléon III ne voulait plus entendre parler du Mexique et le pape Pie IX n'avait aucune raison de compromettre l'Église dans cette affaire. Se sentant abandonnée de tous, Charlotte donna les premiers signes de graves troubles mentaux. Le 7 octobre 1866, le comte de Flandre accourut à Rome, et, deux jours plus tard, emmenait sa sœur à Miramar. En proie à des idées fixes, la malheureuse soupçonnait tout le monde de vouloir l'empoisonner. En fait, Charlotte était littéralement séquestrée au Gasthaus de Miramar que surveillaient des agents de la sûreté autrichienne. Ce fut quasi de force que la reine Marie-Henriette enleva sa belle-sœur et la ramena en Belgique.

Le retour de Maximilien en Europe aurait peut-être pu rétablir l'équilibre de l'impératrice. Mais, au lieu de ce retour, c'est la nouvelle d'une mort affreuse qu'il fallut faire pressentir : le 19 juin 1867, l'empereur du Mexique avait été fusillé par les républicains à Queretero. Après un moment de lucidité provoqué par l'émotion, Charlotte sombra définitivement dans les ténèbres de la folie.

-

449px-Maximilian_and_Charlotte

-

Elle mourut le 19 janvier 1927, au château de Bouchout que le roi Léopold II avait acquis pour l'infortunée princesse.

 

dyn006_original_72_54_gif_2521705_1641a1c3b13868375fca4bfabf2bcb04
 

Commentaires

charlotte simple et précis ,très abordable pour les jeunes ,

Écrit par : adda | 23/07/2008

Les commentaires sont fermés.