03/10/2007

La Reine Infirmière

 Flag_Belgium_2

 Le texte  présenté ici est avant tout un vibrant  hommage rendu  à l'infirmière que fut Élisabeth de Belgique. Qui mieux qu'un médecin ou un blessé pourrait témoigner des qualités d'une infirmière? Nous avons donc chercher et  retrouver les souvenirs de deux de ces hommes qui nous entretiennent  chacun de leur point de vue de ce que fut  "leur" ange blanc. 

elisabeth_infirmiere

Le Dr Van de Velde parle de la Reine Infirmière

Le 18 septembre 1964, lors de l'inauguration de la plaque commémorative érigée à l'emplacement de ce que fut l'ambulance 'l'Océan", à La Panne, le Dr Van de Velde, ancien chirurgien de l'hôpital, témoigna de l'inlassable activité de la Reine Élisabeth au service des soldats blessés.

Quand après la bataille de l'Yser, Sa Majesté la Reine Élisabeth se rendit compte de la nécessité urgente d'ouvrir un centre chirurgical, elle fit appel au Dr Depage qui venait de monter l'hôpital de la Croix-Rouge "Jeanne d'Arc" à Calais.

Tout de suite, la reine et le Docteur Depage furent d'accord pour aménager l'hôtel de l'Océan. L'ambulance fut prête le 21 décembre 1914.

Pendant plus de trois ans, Sa Majesté la Reine Élisabeth y est venue presque tous les matins. Initiée depuis sa jeunesse à la médecine, la reine se mit rapidement au courant et accepta la mission, combien délicate de soigner les grands blessés.

Avec le traitement par la méthode de Carrel qui correspondait en 1915 à ce que fut la pénicilline pendant la dernière guerre, ce n'était pas chose facile.

Lecture%20Pour%20Tous%20-%20Reine%20des%20Belges%20001

Car, quand on pense à ces grands blessés dont certains avaient de ces plaies énormes, qui parfois s'étendaient du genou à la hanche et au fond desquelles on voyait l'os de la cuisse fracturé en huit, neufs endroits différents, on s'imagine quel supplice  devait représenter ce pansement journalier.

Prudemment, on devait dénuder la plaie; il fallait alors la frotter longuement avec un tampon d'ouate, imbibé d'oléate de soude, pour la débarrasser de toutes les sérosités qui s'y étaient accumulées en 24 heures, la rincer, la sécher avec des tampons de gaze et puis  avec adresse remettre à leur place les 15 à 25 petits tubes en caoutchouc qui servaient à irriguer la plaie toutes les heures.

Avec quelle douceur, tout cela devait être fait.

le%20Pelerin%20-%20Queen%20Belgians%20001

Ce n'est pas étonnant que ces grands blessés attendaient tous les matins, avec impatience, l'arrivée de la Reine, non pas seulement parce qu' ils étaient fiers d'être soignés par leur Reine, mais parce que quand on souffre atrocement on pense surtout à sa douleur et qu'ils savaient qu'avec Elle ils ne souffriraient pas.

Parmi ces grands blessés, il y eu un jeune Anglais qui avait aussi une plaie horrible. Les deux premiers jours, il avait été soigné par quelqu'un d'autre; quand le quatrième jour on voulut le replacer sur la même table, il refusa catégoriquement et, désignant du doigt la Reine, sans même savoir qui c'était, il cria: "I want my nurse, there!" ("je veux mon infirmière, celle-là!")

reine

C'est avec un fier sourire que la Reine accueillit cet humble hommage si justement mérité.

Parfois, les matinées de pansement étaient interrompues par l'arrivée d'un grand nombre de blessés. Comme les opérations  devaient se faire rapidement dans l'intérêt des blessés, on s'y attelait de suite, et la Reine devenait une assistante extrêmement utile.

Parfois, la Reine allait au front, au poste avancé de Nieuport notamment, où le Dr Neuman travaillait dans les caves d'une brasserie.

Sans s'inquiéter le moins du monde de la proximité avec le front, et du danger que cela représentait, la Reine partait en ambulance, dans une de ces ambulances d'alors qui était fermée avec des bâches, par où s'engouffrait le vent et la poussière et qui, sur ces mauvaises routes en pavés, bombardées tous les jours, remplies de trous et d'ornières, cahotait à vous rendre malade.

C'était après une attaque nocturne que la Reine voulait aller sur place: elle désirait se rendre compte  s'il n'y avait pas trop de blessés graves, si elle ne pouvait pas aider ou si on n'avait besoin de rien.

L'après-midi, la Reine allait voir les blessés et les malades dans les hôpitaux du front.

Sa Majesté la Reine Élisabeth a toujours eu cette faculté de deviner, cette finesse d'observation et de clairvoyance qui lui permettent de déceler de suite, chez les personnes avec qui elle est en conversation, leurs pensées ou si elles ont de graves soucis.

Elle parlait à tous les blessés, mais s'attardait toujours un peu auprès de celui chez qui elle sentait une peine.

C'était un gamin de18 ans, au service depuis deux jours pour une fracture du bras. "Vous n'avez pas trop mal?", lui dit la Reine.

- "Oh! non, Madame"; mais devinant une profonde préoccupation: "Ne puis-je rien faire pour vous?"

-"Oh! oui, Madame, j'habite seul avec ma maman dans un petit village des Ardennes, et depuis un an et demi je n'ai pu écrire à ma pauvre maman et suis sans nouvelles d'elle. Si vous pouvez, Madame, lui faire savoir que je vais très bien."

C'était un autre avec une grave fracture de cuisse que la Reine sentait très inquiet: "J'ai deux enfants, Madame, et quand j'ai été mobilisé, l'une de mes petites filles, - celle que j'aime le plus - était très gravement malade, et les médecins parlaient d'une grande opération. Et, d'une voix tremblante, avec de grosses larmes sur les joues, il ajoutait: "Depuis deux ans, Madame, je ne sais pas si elle vit encore."

Et chaque fois, la Reine  faisait prendre noms et adresses, promettait d'avoir ou de donner des nouvelles, trouvait les mots qu' il fallait pour les consoler, leur donnait du courage et leur adressait son si gracieux sourire.

Et, quand elle quittait la salle, elle laissait derrière elle une atmosphère de calme, d'espoir et de réconfort.

En dehors de ses occupations pour les blessés et les soldats, la Reine était toujours à la recherche des tristesses et des misères humaines qui pouvait exister dans ce petit coin de Belgique; Elle organisait des secours, payait de sa personne, ouvrait des écoles, faisait monter des pavillons pour les orphelins et  les malades, venait en aide à de vieilles personnes en difficultés, et tout cela avec une modestie, une simplicité telles qu'on ne saura jamais tout ce que Sa Majesté la Reine Élisabeth a fait pendant ces quatre années de guerre.

Puisse ce monument, qui vient d'être dévoilé, signifier pour ceux qui passeront par ici plus tard, bien plus tard, qu'il y avait une fois une reine qui, pendant toute Sa vie, n'a pensé qu'au bonheur des autres, à la paix sur terre et à la grande union de tous les hommes.

P. Weyemberg, Président des Plus Grands Mutilés évoque la Reine Infirmière


D'un geste prévenant dont elle avait le secret, la Reine aide M. P. Weyemberg, président du groupement des plus grands mutilés de guerre combattants, amputé des deux jambes, à descendre le perron du château (9 juin 1959).


 

Dans une interview accordée à M. Hugues Verhenne parue dans le journal "'Le Soir"  du 26 novembre  1965, P. Weyemberg, Président des Plus Grands Mutilés de Belgique, évoqua en ces termes émus le souvenir de notre Reine-Infirmière qui venait de décéder trois jours auparavant.

M. Weyemberg, pensif, devant une photo dédicacée de la Reine Élisabeth...

C'est le Président des Plus grands Mutilés de Belgique.  Nous connaissons tous sa silhouette étrange, poignante, une tête magnifique d'énergie, de vitalité, les courtes flammes d'argent de la chevelure, le corps athlétique et les deux pilons noirs, qui brusquement, par leur claquement sourd, rappellent la guerre, la souffrance et l'irréparable...

Il est ému le président. Et beaucoup plus qu'il ne veut le laisser paraître. Pour lui,, pour les combattants de la Grande Guerre, c'est un de leurs derniers témoins qui s'en va. Et pour témoigner au grand Tribunal du Silence...

Elisabethdebelgique

- Nous l'aimions bien dit-il. C'était une femme forte. Elle avait une intelligence profonde, précise, aiguë. La jeunesse, dans sa plénitude, dans son avidité, ne sait pas aujourd'hui que la Reine fut jeune, belle, toute petite, toute menue. Le contraste entre cette silhouette mince, légère, presque minuscule, et les idées d'homme qui sortaient de cette tête si féminine, était extraordinaire...

- Quand avez-vous vu la Reine pour la dernière fois?..

-En septembre 1964. Mais cela, c'est un souvenir presque privé, amical, intime. elle nous avait reçus, quelques mutilés et moi, au château du Stuyvenberg, avec  cette  simplicité qui était presque, chez elle, une séduction. A notre arrivée, elle fumait une cigarette   à l'aide d'un porte-cigarette interminable, elle nous permit de fumer aussi. Même à celui qui n'aimait que la pipe! Mais elle ne reprit pas une nouvelle cigarette. elle le refusa.

"Je dois me modérer, dit-elle. Mon médecin m'interdit de fumer..."

-Tiens! lui dis-je. Moi c'est le tabac qui me tient en forme et de bonne humeur.

Elle fit un léger sourire et répondit:

"Oh! je vous ne prie! Dites-le à mon médecin!"

- Mais, poursuit M. Weyemberg, la dernière image de la Reine Élisabeth, pour nous les anciens combattants, c'est celle de 1964, quand elle passa en revue, du fond de sa voiture garnie de coussins et de couvertures, tout ce qui restait de l'armée de 1914. Vous vous souvenez?

- J'étais là, avenue de Tervueren. J'ai vu cet hommage de larmes offerts par ces vieux hommes à leur vieille souveraine.

De chaque côté, on savait que c'était la dernière fois...

-Oui. elle avait absolument tenu à venir. Elle était pourtant fatiguée, malade...

- Et vous, Monsieur Weyemberg, quand avez-vous vu la Reine pour la première fois?

Son regard  et sa mémoire s'évadent. Pas difficile d'imaginer le lent tournoiement des souvenirs. Engagé à seize ans et demi. Douzième de Ligne, puis le vingtième; l' Yser, et ce jour de juin 1917 où une grenade  "Pigeon" - une grenade de trois kilos, tirée au fusil, du boyau allemand- à dix mètres à peine du boyau belge - Boesinghe - sa vieille écluse, l'eau, l'odeur de marais, de pourriture - lui éclata entre les pieds...

- Je n'avais pas dix-neuf ans... dit-il. On me transporta à l'hôpital de Beveren-sur-Yser, dirigé par le Dr Derache. Double amputation... Le choc de la blessure et, plus terrible, le choc mental. J'émergeai tout juste à temps pour voir le Roi Albert. Décoration... je sens encore sa poignée de main. C'est ce qu'il me donnait de meilleur, de tout son cœur. Tous deux, nous savions  si bien, tacitement, la vérité profonde des choses... Puis , le matin du 14 juillet, arriva la Reine Élisabeth. Je somnolais encore dans la souffrance. Que voulez-vous? Je ne puis employer qu'une seule image, très banale, mais très vraie. Une apparition. En majesté minuscule, dans un grand envol respectueux de tabliers blancs et de voiles d'infirmières.

Le Reine visitait les blessés. Elle me sourit. Je reçus un bouquet de violettes, et des bonbons...

 Et elle passa. Chaque fois que je l'ai revue, - et ce fut presque pendant un demi-siècle - la bonne vision de blancheur, de glissement, d'immatérialité réapparaissait...

Il rêve un instant. Son regard change. Je pressens que l'histoire n'est pas finie.

- Et après? On dirait que votre mémoire se retient à quelque chose?

- Oui avoue-t-il. Et si je vous le dis, c'est pour mieux faire saisir combien les rois et les reines sont enserrés à leur insu dans des liens invisibles...

Cette visite, c'était le 14 juillet. La Reine s'éloigna. j'avais encore mon bouquet de violettes à la main, un peu ému, un peu stupide.

Une dame d'honneur, préoccupée, s'approcha de mon lit :

"Êtes-vous Français?"  - "Non, Madame, Belge."

"Je suis désolée. C'est le 14 juillet aujourd'hui et la Reine  visite les blessés français. Elle verra les blessés belges le 21 juillet..."

Et je vis s'envoler le bouquet de violettes... Il ne me revint pas. Trois jours plus tard, j'étais transféré dans un autre hôpital..

- Et... et vous ne l'avez jamais dit à la reine, après?

Il a un coup d'œil de lion, et:

- Pensez-vous! qu'y pouvait-elle, la pauvre? 


 

13:59 Écrit par Alain dans Famille Royale | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.