10/09/2008

Un blogueur en prison

 

-

Deux ans de prison et 5000 DH d'amende pour le blogueur marocain Mohamed Erraji

-

723647-867595

 

 

-

Le tribunal de Première Instance d'Agadir a prononcé son jugement aujourd'hui, dans l'affaire du blogueur Mohamed Erraji poursuivi pour son article titré :"le roi encourage le peuple à la paresse".

La sentence de deux ans de prison ferme et 5000 Dh d'amende à été prononcée par le tribunal de première instance d'Agadir à l'encontre du blogueur marocain.

Mohamed Erraji, rédacteur du Blog Al Massae, avait été arrêté suite à son article critiquant les cadeaux du roi (Grimates) qui, selon lui, encourage le peuple à la dépendance et à la demande de l'aumône auprès de la famille royale.

http://almassae.maktoobblog.com/

-

723647-867596

 

Pour la Petition: http://www.helperraji.com/

-

Reporters sans frontières dénonce la condamnation du blogueur Mohamed Erraji à deux ans de prison et 5 000 dirhams d'amende (430 euros), le 8 septembre 2008, pour avoir publié un article critiquant le roi. Il est détenu à la prison d'Inzegane près d'Agadir. Sa famille a décidé de faire appel.

 

 

"Cette décision est injuste.Mohamed Erraji a été victime d'un procès expéditif dans lequel il n'a même pas pu se défendre faute de temps pour trouver un avocat. Il est le premier blogueur marocain poursuivi et condamné en raison d'articles publiés sur Internet. Nous condamnons cette décision, digne des Etats les plus totalitaires, et demandons la libération de Mohamed Erraji", a déclaré l'organisation.

Mohamed Erraji, 32 ans, avait été interpellé le 4 septembre suite à la publication sur le site hespress.com d'un article intitulé "Le roi encourage le peuple à l'assistanat" critiquant la politique sociale de Mohammed VI (http://hespress.com/article-erraji.html). Il a été arrêté et condamné le 8 septembre pour "manquement au respect dû au roi" en vertu de l'article 41 du code marocain de la presse.

Sur son blog intitulé "Le monde de Mohamed Erraji" (http://almassae.maktoobblog.com/) qu'il a ouvert en mars 2007, Mohamed Erraji traite de sujets politiques et sociaux. Par ailleurs, il collabore régulièrement avec le site hespress.com dont il est le correspondant à Agadir.

Mohamed Erraji n'est membre d'aucune organisation politique et n'a jamais pris part à des manifestations. Il a toujours publié ses articles sous son vrai nom, sans utiliser de pseudonyme.
"Alors que la blogosphère marocaine est reconnue pour son dynamisme, cette décision est un grand pas en arrière pour le royaume. Après l'internaute Fouad Mourtada, condamné pour avoir créé un faux profil sur Facebook, c'est aujourd'hui Mohamed Erraji qui sert d'exemple aux autorités pour dissuader les blogueurs de critiquer le roi sur la Toile. C'est scandaleux", a conclu Reporters sans frontières.
-
Un blogueur Libre.

10:11 Écrit par Alain dans Journal Perso | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.