23/10/2007

Georges Simenon

Georges Simenon

simenon

Georges Joseph Christian Simenon est un écrivain belge de langue française. Il est né à Liège, officiellement, le 13 février 1903. Sa vie commence par un mystère, il serait né le vendredi 13 février, mais déclaré le 12 par superstition[1], et mort à Lausanne le 4 septembre 1989.

Simenon était un romancier d’une fécondité exceptionnelle : on lui doit 192 romans, 158 nouvelles, plusieurs œuvres autobiographiques et de nombreux articles et reportages publiés sous son propre nom et 176 romans, des dizaines de nouvelles, contes galants et articles parus sous 27 pseudonymes. Les tirages cumulés de ses livres atteignent 550 millions d’exemplaires. Georges Simenon est, selon l'Annuaire Statistique de l'UNESCO de 1989, le dix-huitième auteur toutes nationalités confondues, le quatrième auteur de langue française, et l'auteur belge le plus traduit dans le monde.

André Gide, André Thérive et Robert Brasillach furent les premiers à le reconnaître comme un grand écrivain. André Gide a dit de lui : « Simenon est un romancier de génie et le plus vraiment romancier que nous ayons dans notre littérature d'aujourd'hui », alors que le philosophe Hermann von Keyserling déclara « C'est un imbécile de génie ».

Il a été choisi comme un des Cents Wallons du siècle, par l'Institut Jules Destrée, en 1995.

simenon2

Biographie:

Simenon est né au 2e étage du « 26 (aujourd'hui 24) rue Léopold » à Liège. Il est le premier fils de Désiré Simenon, comptable dans un bureau d’assurances, et d’Henriette, mère au foyer, treizième enfant issue d’une famille aisée, mariés le 22 avril 1902. Fin avril 1905, la famille déménage au « 3, rue Pasteur » (aujourd'hui 25, rue Georges Simenon) dans le quartier d’Outremeuse. On retrouve l’histoire de sa naissance au début de son roman Pedigree.

SIMENON_Georges

La famille Simenon est originaire du Limbourg belge, une région de basses terres proches de la Meuse, carrefour entre la Flandre, la Wallonie et les Pays-Bas (voir aussi Euregio Meuse-Rhin). La famille de sa mère est aussi originaire du Limbourg, mais du côté hollandais ; plat pays de terres humides et de brumes, de canaux et de fermes. Du côté de sa mère, il descend de Gabriel Brühl (paysan et criminel de la bande des verts-boucs qui, à partir de 1726, sous le régime autrichien, écuma le Limbourg, rapinant fermes et églises, et qui finit pendu en septembre 1743 au gibet de Waubach). Cette ascendance explique peut-être l'intérêt particulier que porta le Commissaire Maigret aux gens simples devenus assassins. Le Limbourg fait aussi apparition dans son œuvre. Simenon a logé quelques semaines à Neeroeteren, notamment dans une maison qui lui inspira le roman "la Maison du Canal".

simenon

dyn006_original_72_54_gif_2521705_1641a1c3b13868375fca4bfabf2bcb04

11:41 Écrit par Alain dans les grand Belge | Lien permanent | Commentaires (1) | Tags : simenon, belge, liege, wallon |  Facebook |

17/10/2007

Père Damien

 

Le Père Damien en 1888

 

FatherDamien

 

 

Le père Damien, né Joseph De Veuster était un missionnaire belge (flamand), connu pour son travail auprès des lépreux sur l'île de Molokai (Hawaii).

Biographie

Joseph de Veuster — le futur Père Damien — naît à Tremelo, en Flandre (Belgique), le 3 janvier 1840 dans une famille nombreuse d’agriculteurs-commerçants.

À dix-huit ans Joseph entre dans la Congrégation des Pères et religieuses des Sacrés-Cœurs de Picpus. En février 1859, il commence son noviciat à Louvain sous le nom de Damien.

 

damian
 

 

 

Missionnaire à Hawaii

Après ses études, il débarque à Honolulu le 19 mars 1864 où il est ordonné prêtre le 21 mai suivant, devenant ainsi le Père Damien. Dès lors il se lance dans la dure vie de « prêtre-missionnaire » sur l’île de Hawaii.

Pour freiner la propagation de la lèpre, le gouvernement décide, en 1866, de déporter à Molokai, une île voisine, tous ceux qui sont atteints de ce mal alors incurable. Leur sort préoccupe toute la mission et, le 10 mai 1873, Damien est le premier à partir. Il restera définitivement à Molokaï, humble parmi les humbles.

Molokaï

Dans cet enfer, il devient le consolateur des lépreux, leur pasteur, le médecin des âmes et des corps. Il ne fait pas de distinction de race ou de religion. Il partage leur vie et peu à peu, il construit une vraie communauté avec une église, des chemins, un hôpital, une école, un orphelinat.

CA4HQV6N
 

Mort

En novembre 1884, il constate qu'il est à son tour atteint de la lèpre. Avec quatre collaborateurs il continue d'assumer sa mission jusqu'à 2 semaines avant sa mort, le 15 avril 1889, à l'âge de 49 ans.

 Son corps est rapatrié en Belgique par le Mercator en 1936, et termine son long périple à Louvain

Béatification

 Le 4 juin 1995, il est béatifié par le Pape Jean-Paul II. Après cette cérémonie une relique (main droite) du père Damien a été transferée à Molokaï et y a été enterrée le 22 juillet 1995 à Kalawao.

La Fondation Damien

La Fondation Damien vu le jour en 1964. Cette Organisation non gouvernementale belge lutte contre la lèpre et la tuberculose dans 16 pays d'Afrique, d'Asie et d'Amérique latine, en travaillant presque exclusivement avec du personnel local. Elle finance aussi des recherches scientifiques. Plus de la moitié de ses besoins sont couverts par la population belge, notamment par la vente de marqueurs lors de la campagne annuelle du dernier week-end de janvier.

father
 

http://www.fondationdamien.be/

dyn006_original_72_54_gif_2521705_1641a1c3b13868375fca4bfabf2bcb04

 

20:16 Écrit par Alain dans les grand Belge | Lien permanent | Commentaires (3) | Tags : pere damien |  Facebook |

14/10/2007

Sœur Sourire

soeur_sourire_03
 

Sœur Sourire, de son vrai nom Jeanine Deckers (17 octobre 1933-29 mars 1985), entrée chez les dominicaines en 1959, connaît un succès mondial en 1963 avec la chanson Dominique qu'elle écrit, compose et interprète au profit de son ordre. Le refrain "Dominique, nique, nique..." put susciter des moqueries. Elle est rattrapée par le fisc belge et finit par se suicider de désespoir avec sa compagne en 1985.

soeur_sourire_04

Cherchant sa voie, elle entre dans l'Ordre catholique des dominicains en 1959, où elle devient Sœur Luc-Gabriel au couvent de Fichermont à Waterloo. Très vite elle se fait apprécier des autres sœurs du couvent pour ses compositions musicales.

Sa hiérarchie décide de lui faire enregistrer un disque et négocie un contrat avec Philips. Ni son nom, ni son image n'apparaîtront sur les pochettes. Le pseudonyme Sœur Sourire, lui-même, dont elle dira plus tard qu'elle le trouvait ridicule, est choisi par un panel d'auditeurs test, il reste la propriété des contractants : son éditeur et son couvent. Les droits normalement dévolus à l'auteur-compositeur-chanteur reviennent au couvent. En vertu de ses vœux de pauvreté et d'obéissance, Jeanine signe.

Dominique est un succès mondial. La fraîcheur de sa voix, et de ses textes, la simplicité apparente de sa foi lui attirent la sympathie d'un public qui ne se limite pas aux catholiques.

« Dominique-nique-nique s'en allait tout simplement
Routier pauvre et chantant
En tous chemins en tous lieux il ne parl'que du Bon Dieu
Il ne parl'que du Bon Dieu. »

Son anonymat excite la curiosité de la presse et la rumeur lui prête une beauté proportionnelle à la pureté de son âme. En 1963, The Singing Nun est n°1 au Bilboard américain et, l'année suivante, Sœur Sourire passe au Ed Sullivan Show — ou, plus exactement, c'est Ed Sullivan lui-même et son équipe qui se déplacent au couvent de Fichermont. En 1966, un film américain, The Singing Nun est consacré à son histoire avec Debbie Reynolds dans le rôle-titre. L'actrice n'a que peu de ressemblance physique avec son modèle, dont le visage reste inconnu du plus grand nombre.

À cette époque, Jeanine Deckers reprend les études et essaie à grand peine (son journal en témoigne) de s'intéresser à la théologie en suivant des cours à l'Université catholique de Louvain. C'est peut-être cette parenthèse estudiantine qui l'amène à s'interroger sur le sens de sa vie. En juillet 1966, convaincue de son absence de vocation et considérant la vie au couvent comme anachronique, elle quitte les ordres sans le moindre viatique.

La postérité avait oublié assez vite la face B du célèbre 45 tours : Les pieds des missionnaires, et encore plus les titres du disque suivant : Une fleur ou Cœur de Dieu.

soeur_sourire_01
 

Dominique, nique, nique
S'en allait tout simplement,
Routier, pauvre et chantant
En tous chemins, en tous lieux,
Il ne parle que du Bon Dieu,
Il ne parle que du Bon Dieu

A l'époque où Jean Sans Terre, d'Angleterre était le roi
Dominique notre père, combattit les albigeois.
{au Refrain}

Certains jours un hérétique, par des ronces le conduit
Mais notre Père Dominique, par sa joie le convertit
{au Refrain}

Ni chameau, ni diligence, il parcourt l'Europe à pied
Scandinavie ou Provence, dans la sainte pauvreté
{au Refrain}

Enflamma de toute école filles et garçons pleins d'ardeur
Et pour semer la parole, inventa les Frères-Prêcheurs
{au Refrain}

Chez Dominique et ses frères, le pain s'en vint à manquer
Et deux anges se présentèrent, portant de grands pains dorés
{au Refrain}

Dominique vit en rêve, les prêcheurs du monde entier
Sous le manteau de la Vierge, en grand nombre rassemblés.
{au Refrain}

Dominique, mon bon Père, garde-nous simples et gais
Pour annoncer à nos frères, la vie et la vérité.
{au Refrain}

-

 Cécile de France sur un air de Sœur Sourire

Le tournage du film sur l’interprète de “Dominique” débute cette semaine en Belgique.


dyn006_original_72_54_gif_2521705_1641a1c3b13868375fca4bfabf2bcb04

soeur sourire The Singing Nun Dominique (disco version 1982)

-

 

Dominique nique nique

-

 

Soeur Sourire - Elle est morte soeur sourire - 1966

-