22/09/2007

Manneken Pis

Manneken Pis

La légende
L'histoire raconte qu'un riche bourgeois avait égaré son jeune fils dans la foule au cours de festivités organisées à Bruxelles... Après quelques jours de recherches infructueuses, l'enfant a été retrouvé, urinant avec désinvolture au coin de la rue de l'Étuve. Par reconnaissance, le père a alors financé un monument, la fameuse fontaine ornée d'une statuette en bronze représentant son fils.


L'histoire
C'est donc en 1619 que fut commandé à Jérôme Duquesnoy, père, l'exécution de la statuette. Volé à plusieurs reprises, parfois retrouvé, parfois refait, c'est une copie qui trône actuellement en place.

Le decorum
Inscrit sur le fronton, suite a un bombardement ennemi en 1695 : In petra exaltavit me, et nunc exaltavi caput meum super inimicos meos (Le Seigneur m'a élevé sur un socle de pierre, et maintenant, moi, j'élève ma tête au-dessus de mes ennemis)

20

 

Symbole de la Belgique, le petit Julien est mis en scène : un musée où sont regroupés ses vêtements (car il est souvent habillé - je n'ai hélas pas pu assister a une cérémonie), et les inévitables souvenirs...

D'ailleurs, avouons le : toute petite, la statue n'a guère d'intérêt en soi. Mais le regard de la foule mérite le détour !

Jeanneke Pis...
Le pendant féminin du Manneken Pis, construite par le sculpteur Denis-Adrien Debouvrie en 1985 et inaugurée en 1987.

Manneken_Pis

 

Attrappe touriste ? Non, car ils ne la voient jamais. Elle est perdue dans une ruelle proche de la grand place (mais de l'autre côté que Julien) et a moins d'en connaître l'emplacement exact, on ne la trouve pas. Alors, un indice : impasse de la Fidélité près de la rue des Bouchers

launch01_fr

14:42 Écrit par Alain dans Monument | Lien permanent | Commentaires (1) |  Facebook |

parc Royal de Bruxelles

ParcRoyal

Historique

Celui qui, non sans fierté, porte aujourd'hui le nom de « parc de Bruxelles » a mis près de cinq siècles à écrire sa genèse. Au 11ème siècle déjà, existait dans l'île Saint Géry un château et sa garenne « Warande », véritable réserve à gibier. Vers les années 1200, un nouveau palais et une nouvelle garenne furent construits à l'emplacement actuel du parc. Agrandis au fil des ans et des siècles, la Cour des Ducs de Brabant. C'est sous le règne de Philippe le Bon que la simple réserve à gibier prit progressivement la forme de parc. Ce « lieu à délices », qui comportaient un labyrinthe et une grotte, étaient dû au talent de l'architecte Boucquet de Latre. En 1731, un incendie détruisit le palais tandis que quatorze ans plus tard, l'occupation française saccageait l'ensemble du domaine. Il fallut attendre 1774 pour que le nouveau parc soit reconstruit sous sa forme actuelle. Les grandes capitales de l'Europe avaient créé depuis longtemps des promenades publiques. Paris avait les Champs-Elysées, le Luxembourg et les Tuileries; Madrid, le Prado; Londres, le Hyde Parck. La société bruxelloise se devait donc d'avoir aussi son parc mondain. Le gouvernement de Bruxelles décida alors de transformer l'ancienne warande ducale ruinée en une promenade régulière et symétrique. Le parc fut aménagé de 1774 à 1787, par le jardinier de la Cour, joachim Zinner et par Barnabé Guuimard à qui l'on doit également la construction des belles demeures qui entourent aujourd'hui le grand quadrilatère formé par le Palais du Roi, la rue Ducale, le Palais de la Nation et la rue Royale. Structure typique de la fin du 18ème siècle, le Parc de Bruxelles se présente sous la forme d'une promenade publique de style néo-classique qui fait corps avec l'ensemble architectural environnant. Ce square mesure 450 mètres sur 720.
Le point de départ du dessin, décentré, est le rond-point face au Parlement ou « Grand Bassin », appelé « bassin vert », car anciennement aménagé en pelouse puis en parterre de fleurs. Il est de nos jours agrémenté d'un jet d'eau. A partir du bassin, le tracé est dit en « patte d'oie » avec trois allées longitudinales: une allée centrale et deux allées diagonales. Deux allées transversales partagent le parc en trois parties dans le sens de la longueur. Autour du périmère du parc, quatre allées sont parallèles aux avenues et aux bâtiments du quadrilatère. Les quatre entrées principales sont encadrées de pavillons ornés de coupes symboliques. Une trentaine de statues remarquables s'inspirant de thèmes mythologiques et classiques ornent ce parc depuis 1780. La plupart proviennent de l'ancien labyrinthe du parc ducal, de l'hôtel de la Tour et Taxis et du château de Tervuren. Un certain nombre de celles-ci furent remplacées par des copies au cours du 19ème siècle. L'idée de symétrie ne concerne pas que la disposition des allées. Elle s'étend également aux plantations qui ont beaucoup changé depuis leur création. On prétend que le grand arbre qui s'élève dans le voisinage du Théâtre du Parc et du Cercle Gaulois, dans le massif qui les sépare du bassin, serait le dernier survivant de la plantation de l'ancienne warande ducale.

carte2

Actuellement, l'allée centrale est plantée de tilleuls à petites feuilles, les deux allées obliques sont bordées de tilleuls à larges feuilles. Les deux allées transversales consistent en ormes et en hêtres.. Les plantations comprennent également des bosquets et des taillis, des groupes d'arbustes décoratifs, des bermes gazonnées, quelques parterres de fleurs saisonnières et de rosier. La fréquentation du parc est plus importante en semaine que pendant le Week-ends.

Lieu de passage des navetteurs, aire de repos et de détente des travailleurs et écoliers, pendant les heures de midi, il accueille aussi joggeurs, badauds, enfants, personnes agées que le kiosque, les bancs, les bassins d'eau, les coins de jeux et la verdure attirent. A certaines occasions, comme la fête nationale, le parc s'anime grâce aux concerts au kiosque, aux feux d'artifice et spectacles pour enfants. Dans les environs du Parc de Bruxelles, le visiteur ne manque pas de se rendre au « Square du Petit Sablon ». Ce délicieux jardin urbain, de style néo-Rennaissance flamande, inauguré en 1890, est parsemé de statuettes de bronze représentant les 48 métiers bruxellois de jadis. Ces statuettes voisinent les statues d'une pléiade de contemporains illustres du monde de la Politique? Des Arts et de la Science. Inaugurés en 1964, les jardins du Mont des Arts charmeront également le promeneur par leur style «à la française » en esplanade. Ils relient la ville haute à la ville basse.

Dans sa partie supérieure, le jardin est entouré des deux des deux ailes du Palais des Congrès. Du grand escalier, on découvre le panorama sur la vielle ville autour de la Grand-Place. Parterres, bassins et sculptures ornent le site au pied duquel uns statue équestre d'Albert 1er trône.

ParcRoyal45

dyn006_original_72_54_gif_2521705_1641a1c3b13868375fca4bfabf2bcb04

Merci a Viviane pour son com :-)

00:18 Écrit par Alain dans Monument | Lien permanent | Commentaires (7) |  Facebook |

Hôtel de Ville de Bruxelles grand place

hotel-de-ville-bruxelle

 L'Hôtel de Ville

L'Hôtel de Ville a été construit entre 1402 et 1455. Il est le seul témoin architectural de la place du Moyen Âge. L'architecte original en est probablement Jacob Van Thienen. L'aile droite, dont le jeune Charles le Téméraire pose la première pierre en 1444, est l'œuvre de Guillaume (Willem) de Voghel. La tour de style gothique de 96 mètres est due à l'architecte Jan Van Ruysbroeck. À son sommet se trouve une statue de saint Michel, le patron de Bruxelles, terrassant un dragon.

Bruxelles-04

À noter l'asymétrie de l'Hôtel de ville (voir photo à droite). En effet, la tour ne se trouve pas exactement au milieu de l'édifice et la partie de gauche et celle de droite ne sont pas vraiment identiques (bien qu'elles le paraissent au premier regard). Une vieille légende connue des Bruxellois veut que l'architecte qui a conçu le bâtiment s'est suicidé en se jetant de son sommet après s'être rendu compte de cette « erreur » architecturale. En fait les deux parties n'ont pas été construites ensemble.

Pour Paul de St Hilaire, cette asymétrie est a relier à l'omniprésent symbolisme alchimique de la Grand Place. la partie gauche de l'Hotel de Ville compte douze arches -beffroi compris- représentant l'alchimique humide en douze étapes, tandis que la partie droite compte sept arches -beffroi compris- célébrant la 'nouvelle' alchimie sèche, en sept étapes. Le chiffre sept est d'ailleurs largement représenté dans l'architecteure de la Grand Place.

Bruxelles-21

 

 

S.... Wikimapia

00:09 Écrit par Alain dans Monument | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |