21/09/2007

La basilique de Koekelberg

BASILIQUE

 

Basilique du Sacré-Cœur (Bruxelles)

Familièrement appelée basilique de Koekelberg par les Bruxellois, la Basilique du Sacré-Cœur de Bruxelles est la jeune sœur de celle de Paris. Inspirée par son aînée, elle est comme elle vouée à la dévotion du Sacré-Cœur.

Descendre à la station de métro : Simonis.

Le plateau de Koekelberg dominant Bruxelles avait déjà attiré l'attention de Léopold Ier qui aurait envisagé d'y construire la résidence royale. Ce fut cependant Léopold II qui conçut d'y tracer une allée solennelle qui devait mener à un panthéon des Belges, ce dont attestent encore l'avenue des Gloires nationales et celle du Panthéon qui jouxtent le site. Ce projet trop laïque déplut à la bourgeoisie catholique au pouvoir et c'est — dit-on — en 1902, au retour d'une visite du chantier finissant du Sacré-Cœur à Paris que le souverain imagina de doter Bruxelles d'une basilique nationale encore plus grande.

Moins visionnaire en architecture que dans d'autres domaines, tandis qu'Horta et l'Art nouveau triomphaient, c'est à Pierre Langerock que ce roi bâtisseur confia le soin de dessiner un édifice néogothique colossal dont le coût exorbitant suscita l'opposition des ministres. Le monarque envisagea d'y aller de sa cassette personnelle largement pourvue par la colonie privée que constituait l'État indépendant du Congo. Il n'en eut pas le temps, et sa mort en 1909 enterra aussi le projet dont il avait scellé la première pierre le 12 octobre 1905.

La fin de la guerre en 1918 relança l'idée d'une basilique votive plus modeste et financée par des souscriptions publiques. Les travaux reprirent en 1926 sur les fondations abandonnées. C'était cette fois Albert Van Huffel qui signait les plans hybrides mêlant les audaces germaniques du Bauhaus et du Deutscher Werkbund à un style néo-byzantin plus conventionnel.

Paré de brique et de terracotta, l'usage du béton armé devait en réduire significativement le budget. Malheureusement, la grande dépression des années 1930 puis la Seconde Guerre mondiale devaient retarder le chantier et, bien que le lieu de culte fût consacré le 14 octobre 1951, les travaux ne purent avancer qu'à la petite semaine, au fil des collectes annuelles dans toutes les églises et les écoles catholiques du royaume pour ne s'achever qu'en 1970.

Cet édifice colossal est la cinquième plus grande église du monde : 141 m de long, 107 de large et 100 de hauteur. De mauvais esprits ont cependant insinué que la dédicace de cette monstrueuse architecture pâtissière eût mieux convenu à saint-Honoré qu'au Sacré-Cœur. Par dérision, certains parlaient de la « Koekelique de Basilberg ».

 

WikiMapia

16:04 Écrit par Alain dans Monument | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Arcades du Cinquantenaire

50naire

 

Arcades du Cinquantenaire sont un monument érigé à Bruxelles à l'initiative du roi Léopold II, en commémoration du cinquantième anniversaire de l'indépendance de la Belgique


Description du monument :

La triple arcade de 30 mètres de large pour 45 mètres de hauteur comporte trois baies de dimensions égales. L'ensemble est orienté face à la ville, dans l'axe de la rue de la Loi, laquelle traversant le quartier Léopold, abouti au quartier royal, siège du parlement, du gouvernement et du palais royal, et de l'autre côté dans l'axe de l'avenue de Tervuren qui mène au « Palais des colonies », devenu Musée royal de l'Afrique centrale.

La décoration du monument et les sculptures qui l'ornent ont été confiées aux artistes les plus en vue de l'époque dans un esprit d'exaltation nationale. Le quadrige de bronze qui le surmonte et qui représente Le Brabant élevant le drapeau national, et les sculptures qui l'entourent sont l'œuvre de Thomas Vinçotte et Jules Lagae, les huit autres provinces sont représentées assises aux pieds des piliers. La colonnade à l'origine ouverte est fermée à l'arrière par un mur en 1905, celui-ci sera décoré d'une fresque de mosaïque de 360 mètres carrés dont le thème est « la glorification de la Belgique pacifique et héroïque »

Des escaliers en colimaçon, aujourd'hui flanqué d'un ascenseur, permettent d'accéder à la salle d'exposition située sous le quadrige et aux deux terrasses, de part et d'autre de celui-ci.

15:59 Écrit par Alain dans Monument | Lien permanent | Commentaires (2) |  Facebook |

Parlement fédéral belge

parlement

La Belgique est une Monarchie constitutionelle héréditaire. Ses souverains sont le Roi Albert II et la Reine Paola.Le Premier Ministre est guy Verhoofdstat. La Belgique est composée de trois régions géographiques: la Wallonie, la Flandre et Bruxelles. Chacune ayant une assemblée législative et exécutive. Elle comprend trois communautés culturelles (francophone ainsi que germanophone en Wallonie et néérlandophone en Flandre). Elle comprend deux Chambres aux pouvoirs identiques élues pour quatre ans: la Chambre des représentants et le Sénat.
La population est d'environ 10.511.382 habitants pour une superficie de 30 528 Km². La capitale est Bruxelles.La fête nationale est le 21 juillet, commémoration de l'indépendance et jour anniversaire de la prestation de serment du Roi Léopold Ier à la Constitution de 1831.

En Belgique, le parlement fédéral est l'organe législatif de l'État fédéral, constitué de deux chambres :

- la Chambre des Représentants de Belgique (chambre basse)
- le Sénat belge (chambre haute)

15:54 Écrit par Alain dans Monument | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |