20/08/2008

Abbaye de Villers-la-Ville

 

-

Abbaye de Villers-la-Ville.

L'Abbaye de Villers ou de Villers en Brabant est une ancienne abbaye cistercienne sise sur le territoire de la commune de Villers-la-Ville (Brabant wallon, Belgique). Fondée en 1146, elle fut abandonnée en 1796 et la majeure partie du site est désormais en ruine. Propriété de l'État belge, les ruines sont classées monument historique et sont inscrites sur la liste du Patrimoine majeur de Wallonie.

-

2262660269_98c4a879ed

 

-

En 1146, des moines de Clairvaux arrivent à Villers pour y fonder une abbaye (Villers I). Après quelques mois, lors d'une visite de saint Bernard, la communauté se déplace vers un site en contrebas dans la vallée de la Thyle (Villers II).

-

St_Bernard

St Bernard

-

Au XIIIe siècle, l’abbaye est intégralement reconstruite (Villers III). Ce siècle marque l’apogée de l’abbaye : plusieurs abbés occupent de hautes fonctions au sein de l'ordre de Cîteaux et de nombreux moines de Villers vécurent saintement. La chronique raconte que l’abbaye compte alors environ 100 moines et 300 convers (chiffres plausibles). La taille du domaine s'élève à environ 10 000 ha de terres et de bois, exploités par différentes granges (dont à Grandpré).

La fin du Moyen Âge marque le début d’une période de déclin et de troubles qui perdurent aux XVIe et XVIIe siècles.

Au XVIIIe siècle, l’abbaye connaît son second âge d’or. Les bâtiments conventuels sont aménagés dans le style classique.

-

img0054

 -

En 1796, l'administration révolutionnaire française supprime l’abbaye qui est vendue à un propriétaire privé.

-

2262586853_799a90469b

 

 -

La dégradation de l'édifice va être continue : vente de matériaux, pillages, écroulement de bâtiments, traversée du site par le chemin de fer, etc. Les ruines de l'abbaye attirent d'abord des artistes romantiques, parmi lesquels Victor Hugo est le plus célèbre, puis des touristes en quête de pittoresque.

-

Victor_hugo

Victor Hugo

-

 En 1893, l'État belge, reconnaissant enfin la valeur patrimoniale des ruines, procède à leur expropriation « pour cause d'utilité publique ». Une grande campagne de conservation, menée par l'architecte Charles Licot.

-

dyn006_original_72_54_gif_2521705_1641a1c3b13868375fca4bfabf2bcb04