22/09/2009

princesse Marie

 

.

La princesse Marie, Louise, Alexandrine, Caroline de Hohenzollern-Sigmaringen.

.

250px-Maria_von_Hohenzollern-Sigmaringen

La princesse Marie de Belgique

.

La princesse Marie, Louise, Alexandrine, Caroline de Hohenzollern-Sigmaringen, issue de la branche aînée catholique de la Maison de Hohenzollern, est née le 17 novembre 1845 à Inzigkofen.

Membre de la famille des Hohenzollern-Sigmaringen, elle était la fille du prince Charles Antoine de Hohenzollern-Sigmaringen qui fut premier ministre de Prusse, et de la princesse Joséphine de Bade(1813+1900),elle-même fille du grand duc Charles II de Bade et de la grande duchesse née Stéphanie de Beauharnais,fille adoptive de Napoléon Ier.

Sa soeur Stéphanie fut une éphémère reine de Portugal, son frère Charles fut le premier roi de la Roumanie moderne et l'époux de la poêtesse Carmen Sylva. Son frère Léopold renonça volontairement à être candidiat au trône d'Espagne mais cette sage décision ne put empêcher la guerre franco-prussienne de 1870/1871.

 


Elle épouse à Berlin en 1867 le prince Philippe de Belgique, comte de Flandre et frère du roi Léopold II des Belges. Le couple s'installe au palais de la Régence en plein centre de Bruxelles et aura cinq enfants : Baudouin (1869-1891),  Henriette (1870-1948) qui épousera en 1896 Emmanuel d'Orléans,duc de Vendôme, Joséphine (1870-1871), sa jumelle, Joséphine (1872-1958) qui épousera en 1894 Charles-Antoine, Prince de Hohenzollern, Albert (1875-1934), roi en 1909, qui épousera Élisabeth de Bavière (1876-1965).

.

le roi Léopold II et la reine Marie-Henriette ayant perdu leur seul fils en 1869 et ne gardant que trois filles, ce sont le prince Philippe et la princesse Marie qui ont assuré l'avenir de la dynastie belge car la Constitution de l'époque prévoyait que "Les pouvoirs constitutionnels du Roi sont héréditaires dans la descendance directe, naturelle et légitime de S.M. Léopold, Georges,Chrétien, Frédéric de Saxe-Cobourg, de mâle en mâle, par ordre de primogéniture et à l'exclusion perpétuelle des femmes et de leur descendance.
Le roi Baudouin Ier et l'actuel roi Albert II sont leurs arrière-petits-fils.

La comtesse Marie de Flandre soutenait financièrement différentes œuvres de charité. Très douée pour le dessin et la peinture, elle a laissé de remarquables eaux-fortes. Après avoir connu la grande douleur de perdre son fils aîné Baudouin en 1891 et son époux en 1905, elle occupe à la fin de sa vie un rang plus important car elle est à partir de 1909 la mère du nouveau roi Albert Ier.Opposée par principe à sa belle fille,elle décède le 26 novembre 1912 à Bruxelles et est inhumée dans la crypte royale de l'église Notre-Dame de Laeken.

.

Lors de son mariage avec le prince de Belgique, la princesse Marie reçoit ce diadème de perles et brillants de la part de ses parents les princes Charles et Joséphine de Hohenzollern-Sigmaringen.

.

marieflandres

.

Sa mère, la princesse Joséphine l’ayant elle-même reçu de sa propre mère, la grande-duchesse Stéphanie de Bade, née de Beauharnais et fille adoptive de Napoléon I. On pense que le bijou doit dater des années 1830.

La comtesse de Flandres possédait de par de multiples héritages un fort bel écrin . Une grande partie de celui-ci sera cependant dérobé lors d’un vol en 1893. Quelques pièces furent retrouvées, d’autres furent probablement fragmentées et vendues à l’étranger.

La comtesse de Flandres appréciait tout particulièrement ce diadème de brillants et perles dont elle se para pour son dernier portrait officiel. A sa mort, il revint en héritage à sa fille Henriette, duchesse de Vendôme. Le bijou a ensuite probalement été vendu soit par la duchesse pour faire face aux lourds frais destinés à couvrir l’hospitalisation du duc de Vendôme, soit par sa belle-fille Marguerite Watson.

Le diadème appartient aujourd’hui à un musée de Tokyo.

.

dyn006_original_72_54_gif_2521705_1641a1c3b13868375fca4bfabf2bcb04